Accéder au contenu principal

L' INSEE et l' Indice des Prix à la Consommation. Foutaises et Mensonges !

La fin de l'année, période tant attendue pour connaître l'indice des prix à la consommation qui, si étonnamment que cela puisse paraître, est d'une constante stabilité. Merci de nous rassurer...
"On dit souvent, les nombres régissent le monde mais la vérité est que les nombres montrent comment il est régi"
Beaucoup seraient bien inspirés de spéculer sur cette citation de GOETHE.
Les maîtres des nombres ne sont pas les maîtres du Monde. Qu'on se le dise, aussi, dans les milieux habilités à faire -parler les chiffres- afin d'en rendre compte à la Nation. Je pense, bien sûr, au POLE EMPLOI (exit    L'A N P E), mais surtout à L' INSEE, grand ordonnateur de la statistique fiction. Car si les nombres ont conduit les scientifiques à la genèse des O.G.M, grâce aux éminences grises de L'INSEE, ces nombres ont fait naître           L' I.G.M - L' INDICE GLOBALEMENT MODIFIE - 
C'est le délirant produit de calculs savants qui se veut être l'indice des prix censé refléter leur évolution. Pur chef-d'oeuvre de la manipulation des chiffres qui procède d'une gymnastique méthodologique assez ésotérique. Cette prouesse arithmétique permet de démontrer -très officiellement- la stabilité des prix alors que tout augmente. Epoustouflant !!! D'autant que cette opération cabalistique n'est pas innocente, sachant bien que le taux d'inflation calculé par L' INSEE influe directement sur les dépenses de l' Etat (salaires et retraites de la Fonction publique, Minima sociaux, Allocations familiales) comme sur la compétitivité générale de la France (relèvement du SMIC, revendications salariales, baisses des taux bancaires favorisant l'investissement, la consommation, ect) Sa maîtrise représente donc un enjeu économique majeur qui fait de la France un bon élève de L' EUROLIGUE, et des français les supers gogos de MAASTRICHT... Pour cause, c'est aussi le seul pays où les statistiques dépendent entièrement de l'Etat. Ahurissant !!! (Encore une de ses bizarreries). Mais comment ces génies débordant de matière grise y parviennent-ils, me direz-vous ? Rien de plus facile. Il leur suffit de noyer, indifféremment, dans un flou informatique, une multiplicité de références [ Pommes ships et Ecran plat - Radis et  IPOD] de façon à sur gonfler le volume des baisses (Ecran plat et IPOD que l'on n'achète pas au quotidien) et à dégonfler le volume des hausses (Pommes ships et radis que l'on mange quotidiennement). De cette péréquation occulte jaillit l'indice des prix, pardon, L' I.G.M. Ne cherchez surtout pas d'autres bons critères d'après lesquels L' INSEE pondère ses calculs des plus fiables. Silence et veto absolus sont de rigueur pour cet Institut si, rigoureux... Dites-vous, qu'en temps que grand serviteur et suppôt de l' Etat, l' INSEE se doit de lui être très agréable, sans quoi... A charge de revanche, l' Etat n'est pas ingrat avec les 6700 fonctionnaires dont 900 informaticiens dotés d'un budget annuel qui dépasse aujourd'hui les 250 millions d'euros.
A l'indice bien né, la valeur de ses effets n'attend pas d'être mégotée...
Assurément, il n'est point de meilleur indice pour constituer un faisceau de présomption !!!
L'inflation fin 2010 fraîchement établie : 1,6 %
Vous voyez, je ne vous ai pas mentis !!!
En revanche,  le panier de la ménagère en Allemagne est de l'ordre de 30 % moins cher qu'en France. Cela, à dire vrai, est une réalité...   Qu'on se le dise dans les chaumières...

Posts les plus consultés de ce blog

La violence qui sévit dans les stades n'est que le prolongement direct des maladies sociales dont nous souffrons.

Déclaration d'un journaliste : S'agit-il d'une énormité ou d'une preuve de réalisme ? En l'occurrence la violence peut être l'une des réponses ponctuelles à une manifestation de rejet, mais en aucune manière ne peut être considérée comme une inclination systématique et prédéterminée. A l'évidence, la violence habite intrinsèquement l'homme de façon de plus ou moins latente. Si certains la contrôlent, d'autres ne peuvent la contenir. Ainsi la colère, voire la violence, que l'on peut manifester à l'égard d'une injustice ou d'une révolte, apparaît en action comme un choix de conscience, même si celle-ci, dans la plupart des cas, est subite et instantanée, elle reste l'objet fugace de notre volonté guidée par la conscience. Je pense que l'homme, par nature, est enclin à la violence qu'autant qu'il possède une propension au bien. Et j'ose encore le croire. Je me refuse, pour l'heure, de partager l'analyse trop réduc…

A chacun sa vérité dans le grand foutoir médiatique...

Le monde étant ce qu'il est et ce qu'on en a fait, il serait présomptueux de se poser en rédempteur. Sachant bien que chacun se renvoie la responsabilité en tirant à hue et à dia pensant que la solution aux problèmes n'est pas de son fait, alors qu'elle ne peut être ailleurs. L'homme fait ainsi son petit bout de chemin cahin- caha avec ses ambitions, ses idéaux et ses rêves. Les médias sont là pour alimenter ses fantasmes en tous genres, en lui assénant constamment des images et des modèles (pour ne pas dire mythes), qui vont perforer son imaginaire. Inconsciemment, l'homme se meut dans l'univers de cette symbolique médiatique en se fondant dans la société de consommation. Plus la société, via les médias, va lui fournir d'images aussi bien positives que négatives, mieux il va fonctionner, s'adapter et se conformer à sa condition d'animal humain. Hormis les plus faibles, les rétifs et les frondeurs... A tel point que les images d'horreur comme…

Aux larmes, citoyens !... Aux larmes...

Tous les événements dans le monde qui font l'Histoire, pour l'Histoire sans cesse répétée, perpétuellement recommencée, démontrent ainsi que l'Histoire de l'humanité reste bien linéaire depuis son commencement. Qu'est-ce qui distingue la barbarie d'hier de celle d'aujourd'hui ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le National-Socialisme de l'Ultranationalisme ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue la déportation des juifs de celle des kosovars ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le préfet Papon du préfet Bonnet ? Pas grand chose ! S'il n'y a pas grand chose à dire, en revanche, il y a beaucoup à redouter. S'il n'y a pas grand chose à dire, que faut-il en penser, sinon s'en inquiéter ! Aujourd'hui, plus que jamais, qu'est-ce qui sépare le régime franquiste du régime de Pyongyang ? Pas grand chose ! Ce qui sépare l'état de droit de l'état de non droit ? Pas grand chose !