Accéder au contenu principal

Les opérateurs de téléphonie : Escrocs de Haut Vol...

Tous les opérateurs confondus, tous autant qu'ils sont, sont-ils malhonnêtes ? Je réponds, oui !
Je ne crains aucunement les foudres de ces margoulins et pas davantage une action en justice venant de ces pompes à fric qui excellent dans la filouterie ou l'art de vous extorquer votre argent en usant de ruse et de tromperie...
Deux exemples probants afin de les confondre dans leur mesquinerie honteuse et affligeante.
Le premier concerne un forfait de téléphonie classique avec "report de minutes". Pendant des années, ce forfait avec report de minutes était proposé en option et appliqué comme il se devait de l'être, c'est à dire qu'on reportait les minutes non consommées sur le mois suivant et ainsi de suite avec un cumul qui ne devait pas excéder 4 heures, si je n' m' abuse. C'est me semble-t-il, par définition, une évidence dans la compréhension et dans la forme littérale de cette clause. A quelle autre explication, plus rationnelle, doit-on s'en tenir?
Qu'à cela ne tienne, aujourd'hui, tout le monde peut faire la démonstration d'une autre explication marquée du sceau du non-sens !
Précisément," le report de minutes" s'applique sur le mois suivant et, BASTA,  le deuxième mois le report s'efface, compteur à zéro. C'est à dire que le report s' effectue 1 mois sur 2.
A la lumière de cette observation, cette pratique s'apparente à un vol manifeste et, je ne comprends vraiment pas comment, impunément, en matière juridique, cette jonglerie insidieuse n'est pas dénoncée puis sanctionnée.
Le deuxième exemple est beaucoup plus grave et procède d'une forme de bassesse abjecte et méprisable. Il est dirigé à l'endroit des personnes vulnérables, faibles et démunies intellectuellement.
A telle enseigne, les commerciaux de ces boîtes infâmes, sans honte ni vergogne, quoique en partie pardonnables parce que tyrannisés, abusent de la crédulité de ces personnes déficientes qui ne sont pas pleinement en possession de leurs facultés psychiques. Grâce au phoning, ils peuvent à l'envi reconduire des contrats en toute légalité sans que cette démarche soit accompagnée d'un contrat signé. Il suffit que la personne ciblée soit consentante au téléphone et elle s'en prend pour 2 ans de plus. Ainsi, une grand-mère de 87 ans ou encore une personne ayant des difficultés de compréhension qui altèrent son jugement, sont les victimes rêvées de ces renifleurs à chausse-trappes sans scrupules qui n'ont aucune difficulté à les gruger en s'appuyant sur des prétextes fallacieux et mensongers... 
En l'espèce, si prégnante, nous sommes devant un délit passible de sanction pénale et d'une forte amende. Il s'agit de l'abus de faiblesse. Mais combien sont-ils à le savoir ? Et combien seront-ils à saisir la Justice par l'entremise d'un Avocat ? Puis enfin; de quelle Justice devons-nous parler ? De celle qui tolère et admet en toute impunité ces agissements indignes, ou de celle qui va prendre la défense de ces pauvres bougres dans 1 an au mieux après cette "indélicatesse" ?
Aujourd'hui, je suis révulsé et profondément outré. Cela me rend très désagréable et fort irritable, d'autant que ces "pompes à pognon" s'en foutent et se contrefoutent d'avoir un procès au cul...
Messieurs les indignes représentants de l'Empire des SMS, je vous traîne aux gémonies et souhaite vous voir clouer au pilori. 

Posts les plus consultés de ce blog

La violence qui sévit dans les stades n'est que le prolongement direct des maladies sociales dont nous souffrons.

Déclaration d'un journaliste : S'agit-il d'une énormité ou d'une preuve de réalisme ? En l'occurrence la violence peut être l'une des réponses ponctuelles à une manifestation de rejet, mais en aucune manière ne peut être considérée comme une inclination systématique et prédéterminée. A l'évidence, la violence habite intrinsèquement l'homme de façon de plus ou moins latente. Si certains la contrôlent, d'autres ne peuvent la contenir. Ainsi la colère, voire la violence, que l'on peut manifester à l'égard d'une injustice ou d'une révolte, apparaît en action comme un choix de conscience, même si celle-ci, dans la plupart des cas, est subite et instantanée, elle reste l'objet fugace de notre volonté guidée par la conscience. Je pense que l'homme, par nature, est enclin à la violence qu'autant qu'il possède une propension au bien. Et j'ose encore le croire. Je me refuse, pour l'heure, de partager l'analyse trop réduc…

A chacun sa vérité dans le grand foutoir médiatique...

Le monde étant ce qu'il est et ce qu'on en a fait, il serait présomptueux de se poser en rédempteur. Sachant bien que chacun se renvoie la responsabilité en tirant à hue et à dia pensant que la solution aux problèmes n'est pas de son fait, alors qu'elle ne peut être ailleurs. L'homme fait ainsi son petit bout de chemin cahin- caha avec ses ambitions, ses idéaux et ses rêves. Les médias sont là pour alimenter ses fantasmes en tous genres, en lui assénant constamment des images et des modèles (pour ne pas dire mythes), qui vont perforer son imaginaire. Inconsciemment, l'homme se meut dans l'univers de cette symbolique médiatique en se fondant dans la société de consommation. Plus la société, via les médias, va lui fournir d'images aussi bien positives que négatives, mieux il va fonctionner, s'adapter et se conformer à sa condition d'animal humain. Hormis les plus faibles, les rétifs et les frondeurs... A tel point que les images d'horreur comme…

Aux larmes, citoyens !... Aux larmes...

Tous les événements dans le monde qui font l'Histoire, pour l'Histoire sans cesse répétée, perpétuellement recommencée, démontrent ainsi que l'Histoire de l'humanité reste bien linéaire depuis son commencement. Qu'est-ce qui distingue la barbarie d'hier de celle d'aujourd'hui ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le National-Socialisme de l'Ultranationalisme ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue la déportation des juifs de celle des kosovars ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le préfet Papon du préfet Bonnet ? Pas grand chose ! S'il n'y a pas grand chose à dire, en revanche, il y a beaucoup à redouter. S'il n'y a pas grand chose à dire, que faut-il en penser, sinon s'en inquiéter ! Aujourd'hui, plus que jamais, qu'est-ce qui sépare le régime franquiste du régime de Pyongyang ? Pas grand chose ! Ce qui sépare l'état de droit de l'état de non droit ? Pas grand chose !