Accéder au contenu principal

Le bon sens serait-il la chose du monde la mieux partagée ! Pas si sûr...

Le rebelle qui m'anime va s'engager dans une série de critiques cinglantes et sulfureuses. Une condamnation sans appel de la soi-disant intelligence humaine au service de ce qu'il est convenu d'appeler le soi-disant bien être pour l'homme.
"L'homme intelligent est apte à distinguer ce qui lui convient de ce qui lui nuit, et à vivre en conséquence" (Socrate)  Est-ce à dire que l'intelligence nous fait cruellement défaut !...
Avec autant d'intelligence, l'homme finirait par nous faire croire qu'il construit pendant qu'il ne cesse de détruire, qu'il respecte alors qu'il se moque délibérément, et qu'il crée pour en permanence mieux défaire... Si l'on y regarde de plus près, quand l'homme se sert de son intelligence pour construire, bien souvent son intelligence refuse de voir les effets induits destructeurs. Par ailleurs, quand l'homme manifeste de l'intelligence pour respecter ses pairs, trop souvent son intelligence feint de ne pas voir qu'elle se moque de beaucoup d'autres. Et quand l'homme utilise son intelligence pour inventer et créer, son intelligence dédaigne les dégâts collatéraux qu'elle occasionne de façon irréversible...
L'intelligence se borne à ne voir qu'une seule chose : LE PROFIT.
Il suffit de jeter un regard plus pragmatique pour s'en apercevoir. Le savant dosage ne s'est pas fait ; d'où les conséquences diamétralement opposées.
Pour les uns, l'homme ressent une certaine nostalgie du passé.
Pour les autres, l'homme se prend à rêver d'un futur idyllique.
En tout état de cause, on ne peut s'étonner de la poussée de l'intégrisme et du racisme...
Si l'un regrette le temps du poinçonneur dans le métro, l'autre ignore ce qu'est un métro... Il s'agit bien sûr d'une image grotesque et excessive qui met pourtant en évidence un constat d'échec...
On a longtemps stigmatisé une époque pas si lointaine quand l'homme se tuait au travail. A présent, l'homme se meurt par manque de travail !
Une moitié de l'humanité étouffe sous le poids de la démesure, l'autre moitié croule sous le désespoir et le dénuement total !     Deux poids, deux mesures dont la solution de l'équation tend à démontrer que :

                                                 OPULENCE  et  ABONDANCE
                                                              riment  avec
                                                       MISERE  et  FAMINE

Posts les plus consultés de ce blog

La violence qui sévit dans les stades n'est que le prolongement direct des maladies sociales dont nous souffrons.

Déclaration d'un journaliste : S'agit-il d'une énormité ou d'une preuve de réalisme ? En l'occurrence la violence peut être l'une des réponses ponctuelles à une manifestation de rejet, mais en aucune manière ne peut être considérée comme une inclination systématique et prédéterminée. A l'évidence, la violence habite intrinsèquement l'homme de façon de plus ou moins latente. Si certains la contrôlent, d'autres ne peuvent la contenir. Ainsi la colère, voire la violence, que l'on peut manifester à l'égard d'une injustice ou d'une révolte, apparaît en action comme un choix de conscience, même si celle-ci, dans la plupart des cas, est subite et instantanée, elle reste l'objet fugace de notre volonté guidée par la conscience. Je pense que l'homme, par nature, est enclin à la violence qu'autant qu'il possède une propension au bien. Et j'ose encore le croire. Je me refuse, pour l'heure, de partager l'analyse trop réduc…

A chacun sa vérité dans le grand foutoir médiatique...

Le monde étant ce qu'il est et ce qu'on en a fait, il serait présomptueux de se poser en rédempteur. Sachant bien que chacun se renvoie la responsabilité en tirant à hue et à dia pensant que la solution aux problèmes n'est pas de son fait, alors qu'elle ne peut être ailleurs. L'homme fait ainsi son petit bout de chemin cahin- caha avec ses ambitions, ses idéaux et ses rêves. Les médias sont là pour alimenter ses fantasmes en tous genres, en lui assénant constamment des images et des modèles (pour ne pas dire mythes), qui vont perforer son imaginaire. Inconsciemment, l'homme se meut dans l'univers de cette symbolique médiatique en se fondant dans la société de consommation. Plus la société, via les médias, va lui fournir d'images aussi bien positives que négatives, mieux il va fonctionner, s'adapter et se conformer à sa condition d'animal humain. Hormis les plus faibles, les rétifs et les frondeurs... A tel point que les images d'horreur comme…

Aux larmes, citoyens !... Aux larmes...

Tous les événements dans le monde qui font l'Histoire, pour l'Histoire sans cesse répétée, perpétuellement recommencée, démontrent ainsi que l'Histoire de l'humanité reste bien linéaire depuis son commencement. Qu'est-ce qui distingue la barbarie d'hier de celle d'aujourd'hui ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le National-Socialisme de l'Ultranationalisme ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue la déportation des juifs de celle des kosovars ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le préfet Papon du préfet Bonnet ? Pas grand chose ! S'il n'y a pas grand chose à dire, en revanche, il y a beaucoup à redouter. S'il n'y a pas grand chose à dire, que faut-il en penser, sinon s'en inquiéter ! Aujourd'hui, plus que jamais, qu'est-ce qui sépare le régime franquiste du régime de Pyongyang ? Pas grand chose ! Ce qui sépare l'état de droit de l'état de non droit ? Pas grand chose !