Accéder au contenu principal

Le Ras-le-Bol de la population vis-à-vis de la violence. Attention Danger...

Devant ce regain de violence aveugle, de plus en plus nombreux sont ceux qui seraient favorables à des méthodes d'exception... Il y a un véritable ras-le-bol de la population pour lequel nos chers Politiques affichent un réel dédain. Il faut dire aussi que ces gens-là ne fréquentent pas la plèbe...
A la violence, faut-il répondre par la violence ?
Les sempiternels discours moralisateurs sur la citoyenneté, le civisme, la démocratie, etc, ne font qu'ajouter de l'huile sur le feu pour ceux dont la devise est la chienlit...  Et je pèse mes mots. Il s'agit d'une racaille qui n'a de respect pour personne, pas même pour eux ni leur famille. Quand des moins que rien foulent aux pieds les valeurs les plus élémentaires, il faut mordicus les soumettre à la raison. Pour ce faire, nombreux sont ceux qui restent de fermes partisans pour bouter tous les fouteurs de merde hors de France, laquelle ne doit pas devenir la cour des miracles. Et qu'il s'agisse aussi bien d'arabes que de fidjiens, de moldaves que de Terre-Neuviens, tous, doivent-être invités, sans autre forme de procès, à quitter manu militari le pays.
Est-ce une allusion à Jeanne d'ARC ou à Charles MARTEL ?...

                           Banques de Photographie - rioters, lancement, 
pierres, police. 
fotosearch - recherchez 
des photos, des 
images et des 
cliparts
Vous m'avez parfaitement compris !
Ce courage me distingue de tous les faux-culs qui ménagent la chèvre et le chou pendant qu'ils sont de la pire espèce en matière de racisme. Ca devient tout de même gonflant de se faire traiter de xénophobe chaque fois que l'on montre du doigt un pauvre maghrébin à qui l'on doit donner Alläh sans confession. Et je m'insurge devant cette hypocrisie bien franchouillarde du politiquement correct qui consiste à se garder d'être toujours bien tolérant envers ses amis frères, sans quoi on est livré à la vindicte populaire... Mais dois-je vous rappeler que certains se sentent plus arabes et, français, seulement quand ça les arrange... Je ne verse pas dans le mi-figue mi-raisin... Je n'ai pas été gagné à la cause de tous les caresseurs de poils qui sont allés jusqu'à encenser et glorifier le Raï par l'attribution d'un César, pour calmer une bande de révoltés du Djihad qui se sont crus tous auréolés d'un tel succès.
Voyez-vous, ce n'est pas tant d'un curé dont la société a besoin, mais plutôt......   Oh, j'entends déjà vos cris de réprobation s'élever, les cris de la conscience pour me sortir de ce faux pas. Il ne suffit pas de crier au loup pour venir en aide aux brebis égarées, mais plutôt faire le nécessaire afin qu'elles ne s'égarent pas !
Si, demander à ce que l'ordre et la loi soient respectés c'est être facho, alors je suis facho.
Si, demander à ce que les agressions cessent, les voitures et les biens publics ne brûlent plus c'est être facho, alors je suis facho.
Si, demander à ce que la peur et la crainte ne hantent plus la rue ni les écoles c'est être facho, alors je suis facho.
                                             

"Qui veut la fin veut les moyens..." Et j'en mesure toutes les conséquences.
Toujours est-il que lorsque l'on veut se débarrasser de son chien on l'accuse de la rage. Mais si son chien a vraiment la rage on voudrait l'en guérir.        Il s'agirait de savoir ce qu'on veut !
Faut-il éliminer tous les fruits pourris qui gangrènent la société ? Auquel cas appliquons la politique du jusqu'au-boutisme !... Bigre, jusqu'où ?  Non seulement ce serait une monumentale et grossière erreur, mais encore le climat et l'environnement deviendraient délétères et explosifs.
Qui n'est pas fermement résolu d'en finir une fois pour toute avec la violence ? (Hormis les petites frappes de basse besogne)
Or, pour exaucer ce voeu, se ranger du côté d'un régime totalitaire serait la pire des choses... Marine LE PEN a la partie belle, façon de parler !
Qui peut tolérer la violence et de surcroît y souscrire ? Sans la cautionner je me fais l'avocat du diable.
Sont-ce bien les fruits pourris qui gangrènent la société ? A moins que ce ne soit le mode de société qui pourrit les fruits ! Si tel est le cas, faut-il couper la branche aux fruits pourris ou commencer par traiter l'arbre ?
A la lumière de ces observations, en tout état de cause, nous sommes face à un voeu pieux...





Posts les plus consultés de ce blog

La violence qui sévit dans les stades n'est que le prolongement direct des maladies sociales dont nous souffrons.

Déclaration d'un journaliste : S'agit-il d'une énormité ou d'une preuve de réalisme ? En l'occurrence la violence peut être l'une des réponses ponctuelles à une manifestation de rejet, mais en aucune manière ne peut être considérée comme une inclination systématique et prédéterminée. A l'évidence, la violence habite intrinsèquement l'homme de façon de plus ou moins latente. Si certains la contrôlent, d'autres ne peuvent la contenir. Ainsi la colère, voire la violence, que l'on peut manifester à l'égard d'une injustice ou d'une révolte, apparaît en action comme un choix de conscience, même si celle-ci, dans la plupart des cas, est subite et instantanée, elle reste l'objet fugace de notre volonté guidée par la conscience. Je pense que l'homme, par nature, est enclin à la violence qu'autant qu'il possède une propension au bien. Et j'ose encore le croire. Je me refuse, pour l'heure, de partager l'analyse trop réduc…

A chacun sa vérité dans le grand foutoir médiatique...

Le monde étant ce qu'il est et ce qu'on en a fait, il serait présomptueux de se poser en rédempteur. Sachant bien que chacun se renvoie la responsabilité en tirant à hue et à dia pensant que la solution aux problèmes n'est pas de son fait, alors qu'elle ne peut être ailleurs. L'homme fait ainsi son petit bout de chemin cahin- caha avec ses ambitions, ses idéaux et ses rêves. Les médias sont là pour alimenter ses fantasmes en tous genres, en lui assénant constamment des images et des modèles (pour ne pas dire mythes), qui vont perforer son imaginaire. Inconsciemment, l'homme se meut dans l'univers de cette symbolique médiatique en se fondant dans la société de consommation. Plus la société, via les médias, va lui fournir d'images aussi bien positives que négatives, mieux il va fonctionner, s'adapter et se conformer à sa condition d'animal humain. Hormis les plus faibles, les rétifs et les frondeurs... A tel point que les images d'horreur comme…

Aux larmes, citoyens !... Aux larmes...

Tous les événements dans le monde qui font l'Histoire, pour l'Histoire sans cesse répétée, perpétuellement recommencée, démontrent ainsi que l'Histoire de l'humanité reste bien linéaire depuis son commencement. Qu'est-ce qui distingue la barbarie d'hier de celle d'aujourd'hui ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le National-Socialisme de l'Ultranationalisme ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue la déportation des juifs de celle des kosovars ? Pas grand chose ! Qu'est-ce qui distingue le préfet Papon du préfet Bonnet ? Pas grand chose ! S'il n'y a pas grand chose à dire, en revanche, il y a beaucoup à redouter. S'il n'y a pas grand chose à dire, que faut-il en penser, sinon s'en inquiéter ! Aujourd'hui, plus que jamais, qu'est-ce qui sépare le régime franquiste du régime de Pyongyang ? Pas grand chose ! Ce qui sépare l'état de droit de l'état de non droit ? Pas grand chose !